Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Sérail
  • : Expression poétique / Inédits / Chronique littéraire et sociale / Extraits: Le Temps perpétuel; Sanctuaire du temps (AR); Sérail; Verdict ; Insolent
  • Contact

Recherche

Articles Récents

18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 13:51
Mahler ouvrant la porte à Rodrigo *

 

Le 5 juillet 2016, veille du souvenir du décès de Joaquin Rodrigo, le disquaire La Quinta de Mahler à Madrid  présentait une version de certaines des oeuvres du génie espagnol: Fantasía para un gentilhombre, el Concierto para una fiesta ainsi que l'inévitable el Concierto de Aranjuez, le tout gravé sur un nouveau disque du jeune guitariste espagnol, Pablo Sáinz Villegas, accompagné par l'Orchestre national d'Espagne**

 

Existe-t-il un quelconque hasard à célébrer Rodrigo chez Mahler ? Aucun. Et si Mahler ouvrait la porte de l'éternité à Rodrigo; l'un et l'autre faisant partie de notre émotionnel collectif à travers les temps?!!
 

La musique de Gustave Mahler est traversée  par une multitude d'émotions, de la pure sérénité aux abîmes de l'infinie tristesse. Elle touche l'universel par le biais de l'expression individuelle de la passion, du regret, de la perte. Cependant, elle rejoint la musique de Rodrigo dans ce que cette dernière exprime dans toute sa splendeur: l'expression du sentiment individuel dans son  rapport à l'espace, à l'endroit, au temps qui s'enfuit ,nous laissant une trace de nostalgie qui nous lie au moment présent. Deux mondes qui se rejoignent, pour notre bonheur? Faudrait le croire!

 

Mahler exprime une individualité hors pair faite d'émotion, de regret et de réflexion. Rodrigo place son émotion au cœur d'une déclaration universelle d'amour à la personne aimée, à l'endroit, à la famille, au pays. Mahler touche au romantique pur, à l'homme, seul, face au monde. Rodrigo célèbre l'homme, entouré par une variété d'émotions musicales, en harmonie avec le monde, embrassant ce dernier. Mahler, le solitaire;Rodrigo l'humain pluriel. Mahler ouvre la porte à Rodrigo? Que du bonheur, musical ! Penser à Mahler en écoutant Rodrigo. Une beauté insoupçonnée...

 

Souligner cette singulière complémentarité entre deux musiques, deux mondes qui n'étaient pas sensés se rencontrer. Aucune étude digne de ce nom n'a encore été effectuée sur la dynamique lyrique de la musique de Rodrigo, riche de leçons d'expression, de retenue et de contrastes. Tout le contraire pour Mahler. Il suffit de se tourner vers Rodrigo le Castillan dans ses premières oeuvres pour s'acheminer vers Rodrigo l'Andalou, bien avant la seconde partie de sa vie. Rodrigo le méticuleux, le concis, le précis de ses premières oeuvres pour piano et violons qui évolue vers Rodrigo le fastueux, le généreux et l'émotionnel, dans ses oeuvres pour guitare,harpe, flûte et orchestre et j'en laisse certes échapper plusieurs autres facettes musicales .Mahler, par contre, oui. Il suffit de revoir le Chef d'œuvre de Luchino Visconti, Mort à Venise (1971) d'après l'œuvre de Thomas Mann pour bien apprécier l'œuvre de Mahler; la Quinta ... en espagnol. 

 

J'ai beaucoup regretté, à  titre personnel, que la musique de Rodrigo ne soit pas utilisée par le regretté Raoul Ruiz pour son film, le Temps retrouvé (1998). Une autre sublime rencontre, mais hélas ratée.... Retrouver le Temps pour parvenir à mieux le raconter, toute la destinée de l'Art est là.

 

----

 * Extrait du Temps perpétuel -Alex Caire-2017

**  La Orquesta y Coro Nacionales de España presenta el cuarto lanzamiento de su sello discográfico, dedicado en esta ocasión a los conciertos para guitarra de Joaquín Rodrigo, interpretados por el guitarrista Pablo Sáinz Villegas y la Orquesta Nacional de España dirigida por Juanjo Mena. El CD incluye el Concierto de Aranjuez, la Fantasía para un gentilhombre y el Concierto para una fiesta

 

 

Repost 0
Published by Alex Caire
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 13:00
Rosetta* Vangelis ... La IVème dimension ?

 

Le 14 septembre 1822, Jean-Francois Champollion, " déchiffreur d'hiéroglyphes", cria: " je tiens mon affaire », puis tomba dans le coma. Il venait de déchiffrer l'écriture des anciens égyptiens sur la pierre de Rosette. Cette découverte donna naissance à l'égyptologie. Alors que la sonde Rosetta de l'Agence spatiale européenne atterrit aujourd'hui 30 septembre sur sa cible finale, la comète Tchouri, alias 67P/Tchourioumov-Guerassimenko, Vangelis lança "sa" Rosetta le 23 septembre dernier, illustrant en musique cet exploit spatial.

Parler de Vangelis en 2016 semble plus que superflu. Que dire après tant de controverses à l'égard d'une oeuvre si iconoclaste ? Vangelis tutoie les étoiles, la gloire, l'éternité ? Je suis persuadé qu'il s'en moque et laisse les autres parler et écrire sur lui et sur son oeuvre. N'a-t-il pas déclaré à la BBC, en 1982, que pour le connaître, il suffirait d'écouter sa musique?. Rosetta, son dernier (chef d'œuvre... un mot tant galvaudé) opus vient de frapper à nos portes avec, toujours, cette question entêtante. Que veut-il encore nous dire? Lui qui raisonne seulement avec la modestie du son; lui qui pense que la musique est tout, mais surtout une maille invisible de sons.

 

Concrètement, Rosetta a l'allure de quoi ? De tout ce que Vangelis a conçu depuis 1976. Les puristes vont bondir ! Mais bon, tout Vangelis est là. Il suffit de "se livrer" à l'écoute, bien qu'il est quasi impossible de décrire en mots cette pure expression musicale: "Origins" se lance et nous lance sur la piste de "Spirale". "Starstuff" nous replonge 20 ans en arrière, le temps de "Oceanic", comme si l'espace et le monde aquatique ne font qu'un chez cet étrange créateur. "Infinitude" nous ramène en "1492", sur le chemin du retour de Christophe Colomb. "Exo Genesis" renoue avec "Chariots of Fire", sa symphonie de 1981, avec un éclair rageur vers "Unvisible Connections". Ensuite, "Celestial Whispers" fait son apparition. Quels soupirs célestes! Si le ciel pourrait nous le dire, il en parlerait. Étonnante source de sons ou la clarté se fait reine. La séquence "Albedo 0.06" traduit la perspective de la réflection solaire sur la terre ,vue de la sonde .... Inconcevable, quand on sait que le précédent "Albedo"(solaire/ terrestre) de Vangelis se décline à 0.39 Et puis vint la séquence reine de l'album, "Sunlight": une fontaine de jouvence où la beauté du rayonnement solaire est exprimée au comble de sa majesté. Du bonheur pur. Au point que j'en oublie le reste de l'album; sauf "Return to the Void", séquence surprenante où Vangelis semble nous rappeler que nous ne sommes que des constellations éphémères dans l'espace.

 

Vangelis: 73 ans, plus de 50 albums originaux et toujours transmettre à son public cette impression d'auditeur étonné. Est-il possible de concevoir un tel dynamisme créatif qui se perpétue avec le temps? Avec Rosetta, Vangelis n'a pas seulement franchi la barrière du son cosmique, mais celle de l'invisible. Il atteint l'infranchissable souveraineté de l'expression musicale. Il rejoindrait bien Champollion, courbé sur sa pierre de Rosette, dans cette éternelle quête de l'innovation. Champollion serait certes surpris de connaître Philae, l'attérisseur "intime" de Rosetta, Osiris, sa caméra principale ainsi que Ma'at, sa" zone de crash" sur la comète Tchouri. Vangelis franchit les barrières de l'éternité avec gravité et surtout avec grâce. On reste souvent muet devant ce foisonnement de sens; ce foisonnement de sons. L'aventure de Rosetta ainsi exprimée, elle incarne la majesté dans la grâce.

----

Alex Caire

Extrait- Le Temps perpétuel- 2016

* Rosetta- Vangelis / Decca-2016 (Multisupport)

 

Repost 0
Published by Alex Caire
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 10:00
Le fil invisible entre humilité et éternité
"J'emporte avec moi la conscience de ma défaite comme l'étendard d'une victoire",écrivait Fernando Pessoa, l'immense et humble écrivain portugais, dans son "Livre de l'intranquillité".

 

Si le Portugal est aujourd'hui sur toutes les lèvres, ce n'est pas seulement grâce à son équipe de football qui est devenue Championne d'Europe 2016, décrochant la toute première médaille d'or de son histoire; mais parce qu'elle l'a faite dans la dignité et dans l'humilité, en battant la France, chez elle, au Stade de France. Pourtant, la dernière victoire du Portugal face à la France remonte à 1975. Pendant toute cette période, la France a triomphé du Portugal 10 fois. Des chiffres qui poussent plutôt à l'humilité.

Grand pays du football, patrie d'Eusebio, de Figo et de l'inévitable Cristiano Ronaldo, le Portugal a traversé cette compétition avec dignité, mais surtout avec humilité. Pourtant la France, entre favoritisme, chance et vantardise bien gauloise,échoua, en finale, à quelques centimètres du poteau du goal portugais qui a sauvé son équipe à maintes reprises décisives. Le France a pêché par orgueil, comme à son habitude, lors des grandes échéances, surtout celles qu'elle organise chez elle. Gagner en 2016, après 1984 et 1998, n'avait nullement valeur de prescription ni de fatalité. Bien de failles ont été constatées lors des premiers matchs de l'équipe de France: défense fragile, milieu hésitant, attaque disproportionnée eu égard aux compétences réelles des titulaires. La France a réussi à se qualifier pour la finale grâce au travail de son coach, à des talents individuels, remarquables certes mais pas assez suffisants pour former une grande équipe; et n'oublions pas, grâce à une dose de favoritisme et des complaisances arbitrales lors du match France/Allemagne. Ce patchwork ne saurait forger un champion d'Europe. Par contre, le Portugal est entré, avec dignité et beaucoup d'humilité, dans l'histoire du football mondial. L'équipe portugaise n'a finalement pas eu besoin de génie. Son travail, sa dignité et son humilité l'ont portée vers l'éternité, sur les pas de Pessoa.

-----

Extrait

Le Temps perpétuel

Repost 0
Published by Alex Caire
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 09:00
L'Inquiet - Miguel Gomez
L'Inquiet - Miguel Gomez
L'Inquiet, première partie du film fleuve, pas très tranquille, de Miguel Gomes, réalisateur portugais de son état​
Shahrazad raconte les inquiétudes qui s'abattent sur le pays : « Ô Roi bienheureux, on raconte que dans un triste pays parmi les pays où l'on rêve de baleines et de sirènes, le chômage se répand. En certains endroits la forêt brûle la nuit malgré la pluie et en d'autres hommes et femmes trépignent d’impatience de se jeter à l'eau en plein hiver. Parfois, les animaux parlent, bien qu’il soit improbable qu’on les écoute. Dans ce pays où les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être, les hommes de pouvoir se promènent à dos de chameau et cachent une érection permanente et honteuse ; ils attendent qu’arrive enfin le moment de la collecte des impôts pour pouvoir payer un dit sorcier qui… ». Et le jour venant à paraître, Shahrazad se tait.
Il aura fallu attendre 89 minutes (sur 127, la durée du film) pour suivre les premières notes de Korsakov en visionnant ces étranges paysages gris néanmoins banales de la vie au Portugal de nos jours: pauvreté, rage silencieuse, impuissance et surtout mélancolie ruisselant comme des eaux de pluie. Port de Lisbonne a l'aune d'une aube morne, dockers et badauds attendant du travail , hangar ou des voisins ne font que discuter autour d'un coq qui chante surtout la nuit , vendanges sous la pluie, des pompiers qui s'agitent, des champs ravagés par les incendies; ces feux qui ravagent tout sous un ciel gris, malgré un arc en ciel a l'horizon, un bateau qui navigue sur le Douro, suivi d'un autre, au rythme de la musique de Korsakov qui s'anime, entre autres monologues a mourir d'ennui ...
(Que font les portugais, au fait, dans ce film (dans la vie) à part discuter ?)
Une scène loufoque mais probablement la seule a dire long sur l'état du pays. Le Premier ministre portugais peine, son équipe à l'appui, a s'entendre avec une délégation de créanciers qui ne veulent rien savoir, à part faire payer leur débiteur. Un africain surgit de nulle part, parlant français uniquement, un sac de jutte sur la tête , tenant une faucheuse en forme de branche d'arbre moisie. Il leur suggère qu'ils sont tous devenus impuissants à force de bidouiller de la politique et qu'ils peinent à satisfaire leurs femmes. En guise de remède, il leur offre un spray à vaporiser sur leurs parties intimes. Ainsi tous les hommes sont pris d'une crise de priapisme aigu pendant des heures; une crise qui ne paraissait pas prête de s'estomper. Le mage africain disparaît. Aucune antidote n'est trouvée. Cherchez le symbole !
Il serait vain voire hors de propos de rapprocher ce film du merveilleux film de Raul Ruiz, "Mystères de Lisbonne" (2010) ou de son chef d'œuvre "Le Temps retrouvé" (1998); bien que certains plans de Gomez font penser à son illustre prédécesseur.
Mosaïque d'images et de situations qui défilent a un rythme quasi documentaire. Chercher lePortugal qui nous a habitué à sa version carte postale? A mille et un lieux de ce film ( ce n'est que la première partie, "l'Inquiet" ) qui se veut poétique bien que trop collé à la réalité âpre de tous les jours ...
Pour un inquiet, c'est plutôt un inquiet cool, flasque, à la portugaise. Attendons plutôt la suite, mon cher Marcel**; à savoir "Le désolé" et "L'enchanté",tout un programme ..en Lusitanie.
Alex Caire
-------------
Extrait - Le Temps perpétuel
* Mille et une nuits - l'Inquiet ( Première partie ) - Film de Miguel Gomes - 2015. Le film dans son intégralité a été présenté à la "Quinzaine des réalisateurs" du Festival de Cannes
** Marcel Proust, écrivain français, auteur de " A la recherche du temps perdu"

Repost 0
Published by Alex Caire
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 10:00
Yachine, la Panthère noire

Yachine, la Panthère noire

Un proverbe arabe incitant au respect des mères dit que le Paradis est aux pieds des celles-ci …

Et si le paradis était aux prises des portiers ?

Quel portier n’avait-il pas sauvé son équipe de la défaite, éloigné une disqualification ou une relégation en ligue inférieure ?

Citons plutôt Howard, le numéro 1 américain, qui a effectué 15 arrêts décisifs en 120 minutes devant les Diables rouges de Belgique mardi 1er juillet , lors du dernier match des huitièmes de finale de la Coupe du Monde en cours. Mais justice ne serait faite si on ne salue pas Thibaut Courtois, le portier belge, souverain du haut de ses deux mètres, un des meilleurs gardiens du monde selon Oliver Khan, consultant et ex-portier allemand de son état.

A quelques matchs de la Finale, cette édition de 2014 serait à marquer d’une pierre blanche: celle des gardiens bénis, en phase et avec le jeu et, fait marquant ,maîtrisant les enjeux que leurs équipes ont affrontées.

Que nous dit le passé ?

L'histoire du ballon rond s'est longtemps gaussée des exploits de portiers historiques.

Admirez plutôt. Lev Yachine le soviétique, pour ne pas dire le russe, Gilmar, la légende brésilienne, vainqueur de deux Coupes du monde et meilleur gardien brésilien de tous les temps, oeuvrant derrière le roc Djelma Santos et l’inégalable Pelé, Gordon Banks le gentleman Goolkeeper de la grande équipe d'Angleterre 1966. Exception faite de Harald Schumacher, bourreau de l'équipe de France en 1982, cette kyrielle de héros ne serait pas complète sans l’italien Dino Zoff, soulevant la Coupe du monde de 1982 .... à 40 ans passées !

Mais on sublime trop les gardiens sur le moment pour les oublier trop vite ! Pourtant, c’est une évidence. Dernier rempart de son équipe, le gardien la sauve souvent mais ne marque jamais ( sauf de rares penalties, et encore ). A-t-on vu un gardien ballon d'or, à part l’indéboulonnable Yachine, ballon d’or en 1963, le gardien ayant le meilleur ratio de matchs officiels sans encaisser de but de l'histoire du football devant l'espagnol Casillas et célébré en 1999, 10 ans après son décès, comme meilleur portier de tous les temps ?

Et maintenant ?

Ne nous privons pas du plaisir à rendre hommage à Guillermo Ochoa, le portier mexicain qui a été plus que décisif contre le Brésil et contre le Pays-bas. Inoubliables aussi, les parades du magicien Enyema, rempart du Nigéria contre la France en 8ème de finale; sans oublier la maitrise de M’Bohli, le Rais algérien, impassible devant les canonniers de la Mannschaft.

Et si dans la foulée on est tenté d'excuser Casillas, sur le déclin, ou Bufon pour sa modeste performance, l’Allemand Manuel Neuer demeure le gardien le plus accompli en ce moment.

Le Paradis est-il entre les mains des gardiens ? Oui, sans doute ! Leurs mères ont bien mérité un tel hommage millénaire

Alex Caire

---

Extrait - le Temps perpétuel

Repost 0
Published by Alex Caire
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 13:52

http://medseib.mondoblog.org/files/2013/07/2013-01-25-egypte1.jpg

 

"L'Egypte, entre deux avenirs" est dédié à l'âme et au souvenir du cinéaste Youssef Chahine, réalisateur, entre autres, de "l'Aube d'un jour nouveau" ( 1964)

 

 

Étrange coïncidence. Le musée Jacquemart-André à Paris a clôturéson exposition, le Crépuscule des Pharaons, le 23 juillet 2012, jour  de la célébration en Égypte de la révolution des officiers libres de 19521.

 

Quel sens a porté pendant ces deux dernières années une date si chargée de symboles ? L’Égypte a attendu presque 60 ans pour mener sa deuxième révolution qui, à la différence de celle de 1952, porta au pouvoir Mohamed Morsi, membre de la confrérie des Frères musulmans, sous l’œil plus que circonspect des militaires qui ont partagé ce pouvoir avec lui.

 

Quelle révolution ?

Une fois les dés jetés, diverses franges du peuple égyptien redoutaient le nouveau régime, à commencer par les coptes qu'il ne faudrait minorer l’importance, tant qu'ils représentent 12% de la population de ce pays qui compte environ 84 millions d’âmes. Des intellectuels, pour ne pas dire des libéraux, et parmi eux nombre d'artistes, quittèrent le pays. Les médias officiels se faisaient rassurants bien que sur la toile plusieurs sites décortiquaient faits et gestes du frère Morsi qui, faute d’initier un plan d’action concret, entama son mandat par amadouer l’Arabie saoudite, l’Iran et le Hamas. La presse, les médias locaux et quelques médias internationaux commentèrent l’évolution de la situation qui n'occultait guère le gouffre économique où gît le pays. Le niveau des réserves de la Banque centrale égyptienne est passé de 36% à 15% en une seule année. Et la Révolution continua.

 

Quelle révolution ? Et ces millions d'enfants et d'exclus qui attendent toujours un traitement médical décent, un salaire pour le moins correct ou une éducation scolaire non frelatée par la corruption, avaient-ils besoin d'une révolution permanente ? Qui les aide ? Je ne crois pas que les ONG gérées par quelques midinettes de la bourgeoisie égyptienne du Jazzera Club du Caire ou les projets caritatifs de quelques privilégiés allègent la souffrance du vrai peuple. Il  serait ridicule de suivre les débats, dits contradictoires, de la chaîne Al’Jazira, sachant que nombre de mouvements radicaux en Égyptesont financés par le Qatar ! Et les femmes ? Sont-t-elles sorties travailler et participer à la vie du pays ou sont-t-elles restées confinées dans le rôle de gardiennes voilées de familles  nombreuses ?

 

Quel débat ?

 

Le moment est venu pour se demander quel avenir aura l'Égypte dans les quelques années à venir dans le cadre d'un débat crédible qui proposerait  des solutions réalisables. Le nombre de problématiques qui cernent le pays est en soi accablant. Quant commencera la reconstruction ? Ouvrir les chantiers vitaux, quitte à nettoyer des plaies qui saignent toujours !

 

Àcommencer par la nouvelle Constitution et les libertés citoyennes, les oulémas n’avaient point de compétence pour rédiger un tel document crucial. Leur opinion n’avait qu’une valeur indicative, puisque l’Égypte est un pays multiconfessionnel. Cette tâche incombera toujours  aux juristes qui sont au fait des vrais problèmes. Quant à la liberté des cultes, il faudrait se référer à la situation d’avant 1952 pour prendre la mesure de la situation. Vient ensuite le rôle des militaires, 40% de l’économie locale. Leur mission de cordon sécuritaire est inévitable. Le gouvernement actuel souffrira d’une longue et délicate cohabitation  jusqu’à l’application de la nouvelle constitution et la tenue des futures élections. Le bilan de la santé publique est catastrophique. Les cliniques privées qui ont pignon sur rue excluent davantage des populations déjà marginalisées par la pauvreté et par le chômage. Construire de nouveaux centres médicaux publics est indiscutable. L’argent ne manquerait pas si le gouvernement imposait une taxe sur les banques d’investissement et les agences de change. Il suffirait que le secteur privé y participe. Quant au bilan  de l’éducation nationale, il n’est guère brillant ; 30 pour-cent de la population ne sachant ni lire ni écrire. 

 

Que nous dira Alaa Al'Aswani2 avec sa perpétuelle verve révolutionnaire qui rappelle un militant de gauche des années soixante ? Où se trouve Boutros Boutros Ghali3 et pourquoi garde-t-il le silence, comme d'ailleurs nombre d'égyptiens  vivant à l’étranger ?Àpart ses déclarations d’intérêt général, Farouk El’Baz4ne propose rien de nouveau, lui qui avait énuméré des priorités d’action depuis une quinzaine d’années? Suffirait-t-il d'honorer un cinéaste égyptien au Festival de Cannes de 2012 pour prétendre que le courant postrévolutionnaire France-Egypte passe toujours quand on devine le silence du pouvoir socialiste en France et le prestige dont jouit la présence culturelle française enÉgypte? Youssri Nasralla5 n’est pourtant pas Youssef Chahine6 qui a passé la moitié de sa vie à guerroyer avec la censure d’état tant ses films sont frappants d’une vérité que personne ne voulait voir en face. Chahine le visionnaire ne pratiquait ni de collage ni de superposition de scènes pour faire vrai.

 

 

Des signes d’espoir

 

L’héritage de l’ère Moubarak est certes lourd de conséquences pour l’avenir d’un pays qui n’a pratiqué l’exercice démocratique que récemment et dans la douleur. L’inertie bureaucratique, la résistance au changement et la corruption sont des maux bien ancrés dans la vie quotidienne. Cependant, un point d’honneur distingue ce pays, l’absence de la fibre sanguinaire dans la personnalité égyptienne profonde ; à savoir cette faculté innée de patienter face à l’adversité, de réfléchir et d’éviter  le recours systématique à la réparation de l’injustice par le sang. Il suffit pour s’en convaincre de suivre les réalités de la rue en Iraq ou en Syrie pour constater que la scène dudit Printemps arabe n’a produit que le chaos et la montée des extrémismes ; même si la Tunisie et la Lybie entrevoient à peine le chemin de la pacification sociale. Il ne suffit pas de se révolter pour détruire mais se révolter pour ériger un lendemain décent et viable.

 

Une issue salutaire existe, le concordat social. Un effort  constant pour informer et persuader la conscience égyptienne que les urgences du pays passent avant une personnalité, une autorité ou un parti politique donné: la santé, l'éducation, l'industrie à restaurer, la lutte contre le désertification, les défis de l’eau, l’équilibre des forces dans une région agitée, le cordon sécuritaire que maintient l'armée et surtout la paix sociale qui concerne la société toute entière. Il  ne sert à rien de secouer le drapeau de l'Islam qui résoudrait tout. Le problème n'est pas celui de la foi mais celui de la capacité de tout égyptien à se relever et travailler au lieu de détruire et brûler. Se regarder en face, regarder le monde autour de soi et agir. Un plan d’action, pas des luttes de pouvoir qui rappellent  les incidents d'Alexandrie de 19547!

 

L’Égypte parviendra-t-elle à éviter un crépuscule prévisible ou serait-t-elle à l’aube d’une ère porteuse d’espoir ? L’Islam ne serait la seule solution de l’Égypte du XXIème siècle. Le gouvernement de Morsi a agi avec la légendaire ambiguïté des Frères. Le peuple l’a attendu au tournant ; mais Morsi n’a pas encore répondu des ces actes. La révolution a aggravé une situation déjà désastreuse. Le peuple attend toujours des solutions.

 

 

Et maintenant, presque 3 ans après ?

 

L’Egypte aurait-t-elle un avenir ? Et quelles seraient les perspectives de cet avenir vue sa conjoncture actuelle ?

 

Le régime de Morsi n’a-t-il pas raté sa mission, pourtant urgente, de  garantir le pain, la sécurité, l’emploi, l’éducation et le traitement médical à l’égyptien de base, broyé par la misère et le désespoir ? A cette question, le peuple égyptien a donné une réponse sans appel en déposant Morsi, pourtant venu au pouvoir par les urnes, livrant du même coup les clés à l’armée avec l’avènement du gouvernement transitoire actuel. L’armée, revenue en force au cœur de la crise, a fait preuve d’une prudente maturité dans ce climat de tension sociale et de chaos économique. Comme l’heure n’est plus à l’autocratie mais plutôt à la consultation, il  est devenu évident que le temps du général Al’Sissi ne serait plus celui, révolu, de Gamal Abdel Nasser et que le rôle de l’armée ne serait limité à maintenir l’ordre et pourchasser les criminels, se substituant ainsi à celui des forces de l’ordre.  

 

Ainsi, est il désolant de constater que la colère populaire qui a engendré la révolution de janvier 2011 et sa suite de juillet 2013 trouve encore toute sa raison d’être avec l’amenuisement de l’expression démocratique, l’effondrement des systèmes de la santé, de l’éducation et du logement populaire, le déclin du tourisme ainsi que le tarissement des ressources  avec le gel des grands investissements et la paralysie du secteur immobilier. Désemparés suite à l’internement de leurs dirigeants qui a suivi  la violence qui régna dans le pays après l’arrestation de Morsi, les Frères musulmans gardent le silence. L’Egypte affronte un phénomène inédit depuis 1919 : le départ de centaines de familles coptes cherchant refuge et sécurité à l’étranger. Un phénomène inquiétant qui contraste avec la nature historiquement tolérante du peuple égyptien.

 

Malgré les apparences d’un retour à la normalité, force est de constater que le pays traverse toujours un passage délicat de son histoire ; ce qui impose à tous les égyptiens la valeur capitale du dialogue et surtout la vertu d’admettre les critiques constructives afin d’extirper le pays de cette situation et parvenir par la suite à élaborer un projet pour son avenir dans ce siècle chargé de tensions à tous les niveaux. Je suis convaincu que davantage de confiance devrait être  accordée à la jeunesse égyptienne ; comme l’avenir de la paix sociale en Egypte dépend avant tout du règlement du conflit religieux et juguler l’extrémisme. L’Egypte a besoin plus que jamais de la reconnaissance de la valeur de tous les égyptiens et non au recours à la violence pour faire  prévaloir une opinion sur une autre. Que fera la jeunesse égyptienne afin que sa révolution ne soit reléguée aux yeux de l’histoire au rang de simple révolte; à moins que le 25 janvier 2011 ne deviendrait un simple jour férié comme le 23 juillet 1952 ? L’histoire nous le dira.

 

Ahmed Hamouda *

----

1) Commandant des officiers libres, le général Mohamed Naguib mit fin le soir du 23 juillet 1952 au règne de Farouk 1er, roi d’Égypte, à la suite de quoi la Première république d’Égypte fut proclamée

2) Alaa Al’Aswani, romancier égyptien, auteur du best-seller l’Immeuble Yacoubian qui fut porté à l’écran égyptien et connut un  grand succès

3) Boutros Boutros Ghali, éminent diplomate égyptien, ancien Secrétaire général de l’ONU, ancien Secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie après avoir été Ministre d’État des Affaires étrangères sous Anouar El-Sadate

4) Farouk El’Baz, scientifique américano-égyptien  et éminent géologue de l’espace

5) Youssri Nassralla, cinéaste égyptien

6) Youssef Chahine, grand cinéaste égyptien, Palme d’or du Festival de Cannes 1997

7) Lors d'une réunion politique en Alexandrie en 1954, des coups de feu ont été tirés dans la direction de Gamal Abdel Nasser, fraîchement élu Président de la République égyptienne au lendemain de la révolution des officiers libres en juillet 1952. Une vague d'arrestation et de séquestration arbitraire s'en suivait parmi les rangs des Frères musulmans, à la suite de quoi une interdiction formelle de ce mouvement a été décidée. Aucune preuve n'a été établie à ce jour prouvant l'implication de ce mouvement  dans cet attentat.

 

* Poète, éditeur francophone d’origine égyptienne, ancien diplomate onusien

 

 

 

 

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 22:26

 

 http://pmcdn.priceminister.com/photo/Novembre-1993-Revue-Des-Deux-Mondes-N-11-Livre-891829431_ML.jpg

 

Ce jour du 5 février, il y a vingt ans, la mère de mes deux enfants a eu une idée  saugrenue, vue ma trépidante vie à cette époque : m’offrir un stylo Mont-Blanc, le jour même de mon anniversaire. La surprise m’a ravie. Elle me reprochait, à juste titre, de ne savoir tenir que le verre et la plume. Question verre, le temps s’est chargé de la régler. Quant à la plume,  mon ex ne savait pas que cet objet allait devenir la clé de toute une destinée : la littérature et ses affres, comme se plait à répéter Annie Ernaux que j’intronisais déjà en 1992 en tant qu’unique marraine littéraire. Elle l’est toujours, bien que mon inspiration avait  été prise en otage par Albert Camus depuis 1974.  J’estimais que ce bel objet n’allait tout de même  pas dormir dans un tiroir ou s’accrocher à ma veste lors des réceptions inutiles auxquelles ma fonction semi diplomatique d’ornement de salon1 m’appelait à participer. Ainsi, je me suis attelé à préparer les quelques 14 versions manuscrites qui ont servi de base à mon premier recueil de poèmes, Insolent. Combien de ratures et d’acrobaties stylistiques a pu griffonner cette pièce de collection ? Je l’ignore. Quatre ans plus tard, j’ai découvert les joies du clavier de mon premier ordinateur et mon stylo retrouva sa noble place de scribe à dédicaces dans les rares fois où je me suis soumis à cet exercice flatteur pour mon amour propre, quoiqu’indécent pour la poésie qui devrait être transmise, offerte et non  pas vendue, question de principe d’héritage  culturel. Je continue à croire que la Poésie est le seul art majeur qui se mérite, puisque qu’il a façonné bien de destinées humaines. Le lieu n’étant guère approprié pour des rappels historiques ou pour relater le bonheur ou la douleur de cette mystérieuse perdition, la création poétique, je tenterai de raconter l’histoire d’une rencontre passionnée d’un autre genre qui dure justement depuis vingt ans, une rencontre fort improbable avec une dame de 184 ans. Un instant, dirais-je, un clignotement de paupière, une goute d’eau dans l’océan du temps, vu d’un égyptien. 

 

En juin 1993, je croise la Revue des deux mondes dans un rayon d’une librairie genevoise.  Surprise et enchantement. Je me disais au début : « encore un magazine format livre, genre Esprit, illisible compilation de concepts pompeux, pensais–je,  à l’instar de Coopération internationale ou Journal du Tiers Monde ». Le genre de publications qui s’accumulaient au tournant de chaque mois sur mon bureau, auxquelles je ne prêtais l’attention que forcé, afin de  rester au courant ou au moins le paraître lors des cérémonies de service et encore. La surprise céda rapidement sa place à l’enchantement à la lecture des articles de Jean Orizet, un grand monsieur qui est entré en poésie comme on entre en religion, écrivit-il. Et voilà que s’ouvrait devant moi la boite de Pandore. Sans réfléchir et à la manière de ce cher Obélix, je me suis laissé tomber dedans. Mais à la différence d’Obélix, je n’étais pas si petit que ca: j’avais 40 ans, une fureur de vivre intacte, des illusions vivaces et surtout une belle et futile vanité bien ancrée. Au bout de quelques années et après des recherches assidues, la persévérance n’étant pas l’apanage de l’amoureux transi mais aussi celui du lecteur assidu, ma vision de la poésie, et de la vie, fut transformée. Comme je croyais ferme à la suprématie de la rhétorique arabe, j’ai découvert au fil des années l’étrange complémentarité, souvent secrète et à peine perceptible, entre la langue de Montaigne et celle d’Al-Mustanabbî. Un long voyage s’annonçait plein de découvertes : Alain Bosquet, Hölderlin, Char, Bataille, Verlaine, Mallarmé redécouvert sous d’autres aspects, Victor Segalen l’homme perpétuel, l’inimitable Philippe Murray, Gide, Paulhan, Kafka, Venise l’essentielle,  Saint-John Perse contredit et débattu en Orient, Nerval en Egypte et, errant,  vers la fin de sa vie, Delacroix chroniqueur, Napoléon 1er empereur des français et recordman des articles écrits, Chateaubriand, l’humanisme et j’en passe. La lecture de la Revue n’étant pas une fin en soi, mais plutôt un tiroir à casiers multiples, la recherche imposait une réflexion critique, un questionnement qui enrichit mais tourmente à la fois. Se nourrir et murir à la fois. Une vie dans la vie.

 

 J’apprenais à aborder la poésie par sa dimension critique et par sa capacité de révéler l’humain et non seulement par sa puissante évocation des sentiments, instrument critique indispensable pour tout lecteur arabophone.  La poésie étant le début et la fin de toute littérature fondamentale, je me trouvais confronté  à la face cachée de la création, au sombre abime du destin des hommes éphémères: l’incommunicabilité, la guerre des cultures, l’exil, la solitude, l’indifférence, la foi, l’intolérance, l’absurde revisité, l’exaltation et la douleur qui forgent l’expression. La finitude. Bien que mes livres Verdict et Souveraine vécurent  mes deuxièmes noces de papier avec la littérature occidentale, ils ont été conçus dans le tourment conscient mais ravi d’un homme résolu à s’exprimer différemment. Retrouver ma voie, se retrouver et retrouver l’autre par l’écriture, la scène, essayer de vivre en faisant revivre ce qui a été écrit, la poésie étant aussi l’art de la perpétuelle évolution.

 

Ainsi l’Entretemps, tel décrit par Jean Orizet me mena à cette conception personnelle de le vie et de la littérature, le Temps perpétuel : un moment unique de plénitude, de bonheur ou d’émotion partagée qui se perpétue, par la magie de la similitude ou de la ressemblance des rencontres, des lieux ou de l’espace  pour finir par constituer le Temps perpétuel propre à chacun. Le temps étant là, implacable, avant nous, il se perpétuera inéluctablement après nous, les éphémères. Ainsi la Revue des deux mondes, la « Revue » pour les intimes ou R2M, sigle qui sied à cette dame qui  croisa 3 siècles pour devenir une institution, qui publia Balzac se perpétue parfaitement en phase avec l’ère de l’énergie nucléaire, des technologies de l’information et de la transformation du monde. Un rare instant du Temps perpétuel.  

  

Alex Caire **

 ----

1) Clin d’œil à l’œuvre d’Albert Cohen qui excelle dans l’art de disséquer la fonction civile internationale  notamment à travers son livre Belle du Seigneur qui évoque la futilité de certains fonctionnaires internationaux au sein de la Société des nations, ancêtre des l’Organisation des Nations Unies. L’auteur de ces lignes y a servi pendant plus de vingt ans

 

*    Extrait du Temps perpétuel – Alex Caire - 2013

** Poète, éditeur francophone d’origine égyptienne, auteur de Insolent-1994, Verdict-1996, Souveraine-1997, Sérail -2011 et le Temps perpétuel, en chantier

 

 

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 21:26

 

 

 

http://img196.imageshack.us/img196/9729/14449602.jpg

 

 

Dans le couloir étroit de la grandeur musicale gisent quelques compositeurs de génie: Rodrigo, Rachmaninov, Mahler, Wagner et quelques autres conducteurs d’orchestre fous, tous morts, savourant leur gloire et les milliers de reprises que perpétuent en leur mémoire les grands orchestres à travers le monde, dans des salles de musée appelés salles de concert, tandis qu’il existe un géant grec, vivant, que demain attend avec impatience :Vangelis. 

 

Vangelis vient de signer en mai  2012 une relecture de son hymne à la grandeur sportive de tous les temps, Chariots Of Fire. Jamais Hugh Hudson qui réalisa le film éponyme en 1981 ni l’Angleterre ne pourraient rêver à cette époque d’un impact universel si percutant ni d’une telle gloire musicale planétaire. Il est vrai que Vangelis remporta un oscar pour sa bande originale de la musique du film et que son thème principal de 1981, Titles, a été l’hymne d’un nombre inouï d’événements sportifs et d’autres de foire également,  faisant le bonheur des éditeurs du disque et l’objet de plusieurs rééditions.

 

Le film narre l’exploit de deux sportifs anglais pendant les jeux olympiques de 1924 à Paris, Eric Lidell  et Harold Abrahams que tout les sépare. Abrahams court pour la gloire tandis que Lidell court pour Dieu. Hors stade, les deux athlètes conquièrent l’éternité et la reconnaissance de leur pays et du monde sportif, mais reste l’émotion de les voir sur écran courir, douter, tomber, se relever, gagner pour courir encore, pour l’honneur ou pour  la foi .Qu’importe le motif qui les anima, seul l’impact de leur volonté demeure gravé dans les mémoires. Cet impact se décline, souverain, à travers  la musique de Vangelis. Le film remporta un succès bien mérité en son temps et demeure une référence de taille pour le cinéma britannique. Je laisse l’analyse cinématographique aux spécialistes, persuadé que je suis que ce film sans cette musique aurait un autre destin.

 

Musique visuelle, tout l’élan humain y prend forme. L’espoir, la persévérance, la foi et la rage de vaincre qui seraient vains sans la déception de l’échec, le doute. Vangelis se plonge dans le mystère humain pour nous décrire l’infinitude de cet élan indescriptible. 31 ans après sa première version, il confirme son talent rare, comble aussi notre plaisir d’admirer ces chariots de feu qui se disputent une gloire éphémère certes mais o combien porteuse d’exemple pour les hommes. Force est de constater que cette refonte musicale a été conçue à l’occasion de la présentation à Londres de Chariots Of Fire The Play1, la pièce de théâtre qui fait écho au film avant, pendant et après  les récents Jeux olympiques de Londres. Vangelis choisit de doter son oeuvre d’une orchestration plus dense,  plus riche en percussion, en arrangements et en sonorités. 

 

Les puristes et les inconditionnels de Vangelis semblent avoir salué puis boudé cette œuvre  depuis sa création.  Au mieux l’ont–ils relégué au rang d’icône célèbre. Ils ont eu tort.  Vangelis a étonné le monde avec plus de 70 créations originales pour la scène, le film et le disque depuis 1962, lui l’enfant prodige de cette Grèce si lointaine des Forminx, d’Irène Papas et des Aphrodite’s Child et j’en passe. Qu’ils soient rassurés. Mythodea2, El Greco3, Alexander4, Rhapsodies5, Private Collection6 et surtout Blade Runner7 demeurent des moments musicaux inoubliables, pour ne citer que ces créations d’exception.

 

Est-il possible de décrire la musique d’un tel homme ? Impossible. Saisir l’impact  de cette unique émotion suffit. Quelle est la raison de ce frisson que l’auditeur, avisé ou pas, sent dès les premières notes ? Un appel à se mouvoir vers une destination invisible : l’océan, l’espace, l’ailleurs, l’univers ? L’essentiel réside dans  cet appel à se surpasser qui touche au cœur et ramène son lot d’émotions. Toute la force de la musique de Vangelis et sa grandeur sont  là: une sensation extraordinaire qui abolit les frontières entre passé, futur et présent. D’ailleurs, tout moment présent s’éclipse, l’enjeu étant de jalonner le futur avec des retours fulgurants dans le passé.


Ainsi Vangelis, le timide et discret artisan de la musique qui ne l’a jamais appris à l’école suit sa voie vers la lumière et l’éternité. Encore un monument grec d’un humanisme rare que nous admirons avec bonheur et humilité. Les hommes s’en souviendront, les étoiles aussi !

 

Alex Caire *

-----

1) sur scène londonienne depuis mai 2012, Chariots Of Fire The Play, coproduite par Hugh Hudson, est présentée au The Gielgud Theatre à Londres jusqu’au 10 novembre 2012. A noter que Sir John Gielgud a joué un rôle  secondaire dans le film Chariots Of Fire dirigé åpar Hudson en1981

2) Mythodea, 28 juin 2001, Temple de Zeus, Athènes, Grèce. Hommage à la mission de la Nasa pour Mars, avec Jessie Norman, Katelyn Battle– CD et DVD Sony Classic

3) El Greco, CD 1995, 1998  et musique du film El Greco, 2007

4) Alexander, film d’Oliver Stone, 2004

5) Rhapsodies, CD avec Irène Papas, 1986

6) Private Collection, CD avec Jon Anderson, 1983, dont quelques reprises dans A Page Of Life, avec Jon Anderson, 1991 

7) Blade Runner, meilleur SF du XXème siècle, film de Ridley Scott, 1982, CD 1994 et 2007 et plus de  9 versions cinématographiques de 1982 à 2007 en VHS, DVD et Blue Ray

 

* Extrait du Temps perpétuel

 Alex Caire, Le Temps perpétuel, tous droits réservés, Horus Editeur, 2012

    

 

Repost 0
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 21:50

 

 

http://www.lematindz.net/thumbnail/size/article_medium/file/2013/02/Egpte_644967555.jpg 


 

Étrange coïncidence. Le musée Jacquemart-André à Paris clôt son exposition, le Crépuscule des Pharaons, le 23 juillet 2012, jour  de la célébration en Égypte de la révolution des officiers libres de 19521.

 

Quel sens porterait en 2012 une date si chargée de symboles ? L’Égypte a attendu presque 60 ans pour mener sa deuxième révolution qui, à la différence de celle de 1952, porta au pouvoir Mohamed Morsi, membre de la confrérie des Frères musulmans, sous l’œil plus que circonspect des militaires qui partagent désormais ce pouvoir avec lui.

 

Quelle révolution ?

 

Maintenant que les dés sont jetés, diverses franges du peuple égyptien redoutent le nouveau régime ; à commencer par les Coptes qu'il ne faudrait minorer l’importance, tant qu'ils représentent 12,5% de la population de ce pays gigantesque qui compte environ 84 millions d’âmes. Des intellectuels, pour ne pas dire des libéraux, et parmi eux nombre d'artistes, ont déjà quitté le pays. Les médias officiels se font rassurants bien que sur la toile plusieurs sites décortiquent faits et gestes du frère Morsi qui, faute d’initier un plan d’action concret, entame son mandat par amadouer l’Arabie saoudite, l’Iran et le Hamas. La presse, les médias locaux et quelques médias internationaux commentent l’évolution de la situation actuelle qui n'occulte pas le gouffre économique et social où  gît le pays. Le niveau des réserves de la Banque centrale égyptienne est passé de 36% à 15% en une seule année ! À en croire la rue égyptienne, la Révolution continue.

 

Quelle révolution ? Et ces millions d'enfants et d'exclus qui attendent un traitement médical décent, un salaire pour le moins correct ou une éducation scolaire non frelatée par la corruption, ont-ils besoin d'une révolution permanente ? Qui les aide ? Je ne crois pas que les ONG gérées par quelques midinettes de la bourgeoisie égyptienne du Jazzera Club du Caire ou les projets caritatifs des retraités de l'OMS qui roulent en Mercedes allègent la souffrance du vrai peuple. Il  serait ridicule de suivre les débats, dits contradictoires, de la fameuse chaîne Al’Jazira, sachant que nombre de mouvements radicaux en Égypte sont financés par le Qatar ! Et les femmes ? Sortiront-t-elles, sous Morsi, travailler et participer à la vie du pays ou seront-t-elles confinées à être de simples gardiennes voilées de familles  nombreuses ?

 

Quel débat ?

 

Le moment est venu pour se demander quel avenir aura l'Égypte dans les quelques années à venir dans le cadre d'un débat crédible qui proposerait  des solutions réalisables. Le nombre de problématiques qui cernent le pays est en soi accablant. Quant commencera la reconstruction ? Ouvrir les chantiers vitaux, quitte à nettoyer des plaies qui saignent toujours !

 

À commencer par la nouvelle Constitution, tant attendue, et les libertés citoyennes, les oulémas n’ont point de compétence pour rédiger un tel document crucial. Leur opinion n’a d’ailleurs qu’une valeur indicative, puisque l’Égypte est un pays multiconfessionnel. Cette tâche incombe aux juristes qui sont au fait des vrais problèmes. Quant à la liberté des cultes, il faudrait se référer à la situation d’avant 1952 pour prendre la mesure de la situation. Vient ensuite le rôle des militaires, 40% de l’économie locale. Ils ne regagneront pas leurs casernes par enchantement. Leur mission de cordon sécuritaire est inévitable. Le nouveau gouvernement souffrira d’une longue et délicate cohabitation au moins jusqu’à l’application d’une nouvelle constitution. Le bilan de la santé publique est catastrophique. Les cliniques privées qui ont pignon sur rue excluent davantage des populations déjà marginalisées par la pauvreté et par le chômage. Construire de nouveaux centres médicaux publics devient impératif. L’argent ne manquera pas si le gouvernement impose une taxe sur les banques d’investissement et les agences de change. Il suffirait aussi que le secteur privé y participe. Quant au bilan  de l’éducation nationale, il n’est guère brillant ; 40 pour-cent de la population ne sachant ni lire ni écrire. 

 

Que nous dira Alaa Al'Aswani2 avec sa fameuse verve révolutionnaire qui rappelle un militant de gauche des années soixante ? Où se trouve Boutros Boutros Ghali3 et pourquoi garde-t-il le silence, comme d'ailleurs nombre d'égyptiens  vivant à l’étranger ? À part ses déclarations d’intérêt général, Farouk El’Baz4 ne propose rien de nouveau, lui qui avait énuméré des priorités d’action depuis une quinzaine d’années? Suffirait-t-il d'honorer un cinéaste égyptien à Cannes 2012 pour prétendre que le courant postrévolutionnaire France-Egypte passe toujours quand on devine le silence du pouvoir socialiste en France et le prestige dont jouit la présence culturelle française en Égypte? Youssri Nasralla5 n’est pourtant pas Youssef Chahine6 qui a passé la moitié de sa vie à guerroyer avec la censure d’état tant ces films sont frappants d’une vérité que personne ne voulait voir en face. Chahine le visionnaire ne pratiquait ni de collage ni de superposition de scènes pour faire vrai.

 

Des signes d’espoir

 

L’héritage de l’ère Moubarak est certes lourd, voire lourd de conséquences pour l’avenir d’un pays qui n’a pratiqué l’exercice démocratique que récemment et dans la douleur. L’inertie bureaucratique, la résistance au changement et la corruption sont hélas des maux bien ancrés dans la vie quotidienne. Cependant, un point d’honneur distingue ce pays, l’absence de la fibre sanguinaire dans la personnalité égyptienne profonde ; à savoir cette faculté innée de patienter face à l’adversité, de réfléchir et d’éviter  le recours systématique à la réparation de l’injustice par le sang. Il suffit pour s’en convaincre de suivre les réalités de la rue en Iraq ou en Syrie pour constater que la scène dudit Printemps arabe n’a produit que le chaos et la montée des extrémismes ; même si la Tunisie et la Lybie entrevoient à peine le chemin de la pacification sociale. Il ne suffit pas de se révolter pour détruire mais se révolter pour ériger un lendemain décent et viable.

 

Une issue salutaire existe, le concordat social. J'entends par là  déployer un effort  constant pour informer et persuader la conscience égyptienne que les urgences du pays passent avant une personnalité, une autorité ou un parti politique donné: la santé, l'éducation, l'industrie à restaurer, la lutte contre le désertification, les défis de l’eau, l’équilibre des forces dans une région agitée, le cordon sécuritaire que maintient l'armée et surtout la paix sociale qui concerne la société entière. Il  ne sert à rien de secouer le drapeau de l'Islam qui résoudrait tout. Le problème n'est pas celui de la foi mais celui de la capacité de tout égyptien à se relever et travailler au lieu de détruire et brûler. Se regarder en face, regarder le monde autour de soi et agir. Un plan d’action, pas des luttes de pouvoir qui rappellent  les incidents d'Alexandrie de 19547!

 

 

 

L’Égypte parviendra-t-elle à éviter un crépuscule prévisible ou serait-t-elle à l’aube d’une ère porteuse d’espoir ? L’Islam ne sera pas la seule solution de l’Égypte du XXIème siècle. Le gouvernement de Morsi va certes agir avec prudence, mais aussi avec la légendaire ambiguïté des Frères. Tôt ou tard, le peuple l’attendra au tournant. Il devra répondre des ces actes. La révolution a aggravé une situation déjà désastreuse. Le peuple attend des solutions au niveau de la santé, l’éducation, l’emploi et  surtout la sécurité.

 

Un ancien ambassadeur d’Égypte en Suisse  m’avait confié au début du siècle  que l’Égypte survit grâce aux anciens égyptiens. « Les Pharaons tiennent encore la boutique », disait-il dans un soupir amer, faisant référence aux recettes du tourisme. Que fera la jeunesse égyptienne afin que sa révolution ne se soit pas reléguée aux yeux de l’Histoire au rang de simple révolte; à moins que le 25 janvier 2011 ne deviendrait  un jour férié comme le 23 juillet 1952 ?

 

 

Ahmed Hamouda *

----

1) Commandant des officiers libres, le général Mohamed Naguib mt fin le soir du 23 juillet 1952 au règne de Farouk 1er, roi d’Égypte, à la suite de quoi la Première république d’Égypte fut proclamée

2) Alaa Al’Aswani, romancier égyptien, auteur du best-seller l’Immeuble Yacoubian qui fut porté à l’écran égyptien et connut un  grand succès

3) Boutros Boutros Ghali, éminent diplomate égyptien, ancien Secrétaire général de l’ONU, ancien Secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie après avoir été Ministre d’État des Affaires étrangères sous Anouar El-Sadate

4) Farouk El’Baz, scientifique américano-égyptien  et éminent géologue de l’espace

5) Youssri Nassralla, cinéaste égyptien

6) Youssef Chahine, grand cinéaste égyptien, Palme d’or du Festival de Cannes 1997

7) Lors d'un meeting politique en Alexandrie en 1954, des coups de feu ont été tirés dans la direction de Gamal Abdel Nasser, fraîchement élu Président de la République égyptienne au lendemain de la révolution des officiers libres en juillet 1952. Une vague d'arrestation et de séquestration arbitraire s'en suivait parmi les rangs des Frères musulmans, à la suite de quoi une interdiction formelle de ce mouvement a été décidée. Aucune preuve claire n'a été établie à ce jour prouvant l'implication de ce mouvement  dans cet attentat.

 

 

* Poète, éditeur francophone d’origine égyptienne, ancien diplomate onusien

  La chronologie des éléments de cette chronique prend fin en décembre 2012

 

 

 

 

Repost 0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 15:40

 

 

 

Anouar El’Sadate grimpait nerveusement l’escalier de l’appartement de la famille Nasser, en ce début d’après-midi agité du 28 septembre 1970. Il rata la dernière image du raïs vivant. Il eut juste le temps de lui fermer les yeux. Gamal Abdel Nasser est mort dans son lit      après une vie animée de victoires, d'espoir et de déception. L’Egypte ne sera jamais remise de cette perte. Il est rare qu’un homme politique divise autant l’opinion publique de son pays depuis près de sept décennies. L’Egypte qui l’a vu naître en 1918 sera toute autre à sa mort, ce jour du 28 septembre ancré dans l’histoire de celle-ci telle une huitième plaie. Le raïs rendit son dernier souffle, emporté par une complication cardiaque, en état d'épuisement total. Menant une guerre d'usure contre Israël après la défaite de 1967, cette guerre a eu raison de lui. Son bilan politique reste contesté voire sujet à des divergences dites historiques, mais demeurent la trace de l’Homme et du leader charismatique du destin arabe durant les  dix huit  années que dura sa présence sur la scène politique mondiale. Son héritage demeure revendiqué par ses pires détracteurs. La confusion actuelle de la rue égyptienne en témoigne, à la veille d’une échéance électorale majeure qui déterminera ou pas l'avenir du pays, au moins pour les deux décennies à venir. Nasser est-il  venu au bon moment, comme le prétendent certains observateurs de la politique du Moyen-Orient au XXème siècle? La réponse est oui. L'Egypte de Nasser ? Dépourvue de souveraineté à la veille de la révolution  coup d'état militaire  de 1952, l’Egypte se trouvait traversée par un vent d’indépendance, par une volonté d’égalité sociale, par une réforme agraire et une révolution industrielle. Elle vibra en 1956 à la reprise du Canal de Suez  et se dota d’une créativité artistique, d’un niveau de recherche scientifique et d’un rayonnement culturel régional sans précédents. L’Egypte se distingua rapidement par une génération d’intellectuels chargée d’espoir. Le rêve commença à devenir réalité ; mais le débâcle n’était pas loin. Nasser travaillait beaucoup, mangeait peu et fumait trop. Il était surtout mal entouré. L'équipe gouvernante composée dans sa majorité de militaires n’était pas préparée à gérer  un pays de cette ampleur. Elle ne parviendra pas à donner à l’Egypte la stature économique et sociale qui lui faisait- lui fait-il encore - défaut. Resta le peuple qui vivait en interaction constante avec la passion patriotique de son leader. Si l’Histoire conserve l’image d’un homme qui a rendu  à la dignité arabe ses lettres de noblesse, celle d'un président  qui a réussi  en 1956 un coup de poker politique qui se solda par l’échec d’une expédition militaire contre l’Egypte, elle conservera celle d’un homme défait en juin 1967 à la suite d’une guerre éclair qui dura six jours. Nasser prit la décision de se retirer du pouvoir ; mais le peuple égyptien refusa et déferla dans la rue le 9 et le 10 juin pour le remettre aux commandes. L’armée fut reconstruite, l’espoir revenait, la nation reprit confiance. Mais le raïs qui voyait sa santé décliner refusait de suivre les recommandations de ses médecins, jusqu’à ce jour du 28 septembre. Nasser a toujours cru en la pérennité de son pays : "les empires et les envahisseurs qui se sont succédés ont disparu. Seule l’Egypte demeure". Sa mort a changé radicalement le destin arabe, les  rapports de force et les méchanismes géopolitiques de la région. Reste un questionnement essentiel. Que reste-t-il de l'héritage de Nasser: l’indépendance en 1954, la reprise du Canal de Suez en 1956, le barrage d'Assouan en 1964, la guerre de 1967 puis la victoire d’Anouar El’ Sadate en 1973 ? Et puis rien ou presque depuis 1981. Quelles sont les perspectives de ce pays de 82 millions d'habitants pour le siècle déjà entamé ? Quel sera son avenir à la veille de la guerre de l'eau et le tarissement des ressources vitales ? L'Egypte sera- t- elle au rendez-vous de son Histoire ? A-t-elle assez interrogé son passé  ou bien la révolution de 1952 a-t-elle fini par dévorer ses enfants ? La fin de l’ère Nasser a vu des milliers d’égyptiens quitter leur pays pour un avenir meilleur ou pire. Nombre d’égyptiens préfèrent, nostalgiques, rester en exil volontaire au lieu de rentrer. Un autre Nasser pour l’Egypte en devenir ? Pourquoi pas ?

------

Extrait

Le Temps perpétuel

Alex Caire/ Ahmed Hamouda-2010

  

Repost 0