Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Sérail
  • : Expression poétique / Inédits / Chronique littéraire et sociale / Extraits: Le Temps perpétuel; Sanctuaire du temps (AR); Sérail; Verdict ; Insolent
  • Contact

Recherche

Articles Récents

7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 16:00
Blade Runner 2049 ... Un miracle se répèterait-il deux fois ?
 
Nul ne peut savoir combien de fois Denis Villeneuve a-t-il pu voir Blade Runner de Ridley Scott (1982), et dans quelle version tant cette œuvre a mystifié et le public et les critiques par le nombre de versions différentes quant au montage final du film (Director's Cut) et surtout sa fin. Cela étant, l'œuvre de Ridley Scott a été nommée à plusieurs reprises meilleur film de SF de l'histoire de cinéma, une des meilleures productions cinématographiques du XXème siècle, et j'en passe. Certains critiques sont même allés jusqu'à affirmer qu'il y aurait un cinéma avant et un autre après Blade Runner. 
 
Comme pour toutes les œuvres icônes de leur temps, aucun autre film n'a jamais offert, par la suite, pareille notoriété à la majorité de ses acteurs de premier plan: Rutger Hauer, le fameux Nexus 6, Roy Batty, devenu icône du mouvement cyberpunk dans les années 82/92. Sean Young, Rachel, le "business","plus humain qu'humain",voire (la sirène) Daryl Hannah (Qui se souvient du clin d'œil de Tarantino à Blade Runner dans la scène finale de Kill Bill 2 entre Daryl Hannah et Uma Thurman?); sans citer la pléthore d'acteurs et d'actrices que Blade Runner a fait briller de mille feux pour ensuite laisser sombrer dans un oubli quasi  total. Qui se rappelle aujourd'hui de la délicieuse Salomé, alias Zhora,alias Joanna Cassidy et notamment de deux des plus fameuses gueules du film: l'inoubliable Hy Pyke dans le rôle de Taffey Lewis et l'inflexible Joe Turkel dans le rôle du Docteur Eldon Tyrell ? Même Harrison Ford évita à plusieurs reprises de parler de son rôle dans ce film. Curieuse destinée d'un chef-d'œuvre qui perpétue les controverses depuis 35 ans. C'est que Blade Runner ne ressemble à aucune œuvre antérieure mais influença des dizaines d'autres au fil des années, au point que des milliers de fans retiennent leur souffle cette semaine en attendant Blade Runner 2049 qui sera projeté partout en Europe et dans le monde. Un miracle pourrait-t-il avoir lieu deux fois, 35 ans après ?
 
Et après ....
Comme Ridley Scott n'avait jamais oublié ses difficultés de 1982 avec ses producteurs, il lança en 2015 le projet de produire Blade Runner 2049. Et comme pareil projet porta son propre lot de rebondissements, Vangelis, l'auteur iconique de la musique du film de 1982, déclina tout naturellement l'offre de composer celle du film de 2017. "On ne fait pas le même enfant deux fois", déclara-t-il en toute simplicité. Hans Zimmer, Benjamin Wallfisch et Flying Lotus  porteront le flambeau de la toile sonore. Tiendront-ils le pari?. Seul rescapé de marque de Blade Runner, Harrison Ford (75 ans), ré-endosse son rôle d'ex-policier traqué et vieillissant aux côtés de Ryan Gosling, le nouveau officier K et Blade Runner (Junior). Comment résister au plaisir de retrouver le mystérieux policier germanophone Gaff, Edward James Olmos, qui fait un caméo furtif, origami compris, dans Blade Runner 2049?
 
61021...
Des chiffres qui se révèlent chargés de sens dans un film qui part dans tous les sens, à part celui de rendre hommage à son aîné, sorti il y a 35 ans.
 
À la question existentielle que pose le titre de cet article, la réponse serait non. Non, un miracle ne peut avoir lieu deux fois et Blade Runner restera le film phare de science fiction de tous les temps; bien que (et la liste des "bien que" pourrait être longue). Oui, Blade Runner 2049 est une œuvre remarquablement conçue et réalisée: image soignée à l'extrême, concept visuel digne d'un grand disciple de Ridley Scott, casting riche de talents, toile sonore bien travaillée bien qu'elle manque d'âme et n'arrive pas à la cheville de celle de Vangelis qui a conçu la musique du premier opus, décors grandioses où respirent l'espace et la perspective dramatique de l'action. Reste l'intrigue qui déroute le spectateur, peut-être à dessein. On ne sait où mène cet enchaînement de liquidation successive des protagonistes et dans quel but. Les Répliquants ont-ils décider d'en finir avec les humains? Pourquoi cette collusion suspecte entre la Police de Los Angeles et Luv (Sylvia Hoeks), tueuse de Niander Wallace (Jared Leto), patron mégalo de Wallace Corporation, acquéreur de Tyrell Corporation, et pourquoi Luv cherche à tuer K/Gosling à la fin du film?. Et surtout, que fait Rick Deckard/Harrison Ford dans cette tragédie grecque, à part partager une scène émouvante avec Rachel/Sean Young, maquillée à l'identique de 1982, indéniable prouesse esthétique?. On ne sait pas pourquoi on traque le vieux Blade Runner. Incompréhensible non plus ce que fait Hiam Abbass dans ce film, à part ajouter une note exotique à la rébellion des Répliquants. Que de mystères restent entiers !
 
La plus grande part de lumière de cette œuvre réside dans l'hommage appuyé, voire somptueux, au film de Ridley Scott, surtout la scène finale qui reprend tel quel  le thème "Tears in Rain" de Vangelis ... N'avait-t-il pas raison d'affirmer qu'on ne fait pas deux fois le même enfant ?!

----

Blade Runner 2049 (2h44')

Film de Denis Villeneuve (2017), sur les écrans du monde et bientôt sur tous supports

Blade Runner 2049 ... Un miracle se répèterait-il deux fois ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Alex Caire
commenter cet article

commentaires