Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Sérail
  • : Expression poétique / Inédits / Chronique littéraire et sociale / Extraits: Le Temps perpétuel; Sanctuaire du temps (AR); Sérail; Verdict ; Insolent
  • Contact

Recherche

Articles Récents

28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 13:20

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Issa Makhlouf nous propose un voyage dans le silence, dans le temps de l’amour premier, un voyage dans la mémoire où ses mots, pudiques, portés par une traduction lumineuse d’Abdel Latif Laâbi, rayonnent de cohérence et de mélancolie. L’auteur prétexte une correspondance adressée à une femme aimée jadis que sa sœur découvre. Les deux sœurs deviennent une seule incarnation dans le cœur du narrateur. Mais ceci n’est qu’un prétexte que l’auteur exploite avec toute sa maîtrise du verbe pour exprimer son amour de la vie et notre douleur d’exister. Issa Makhlouf décrit l’amour qui se construit, se déconstruit, au fil de l’étiolement du désir, de l’exil, de l’évocation de l’amour maternel que nul autre amour ne remplace. Pudique, il sonde ce néant qu’il ose à peine appeler absence, départ, éloignement. Les scènes s’ouvrent sur une rencontre, un lieu, un sentiment qui commence, fuit ou finit. Un poème clôt chaque chapitre : une prière dans ces temples lointains, inaccessibles, insondables qui sont les tréfonds de l’âme. Poète, l’écrivain nous mène sur le chemin du souvenir de la patrie, de l’espace intime ; celui de la mère et de l’amour, toujours avec cette radieuse mélancolie qui fait de la poésie et de la prose un tout inséparable, un lieu de la mémoire, une éternité.

                                                                                                    Né au Liban, Issa Makhlouf est  écrivain bilingue, poète, journaliste, traducteur et docteur ès Anthropologie sociale et culturelle. Ambassadeur aux affaires sociales et culturelles auprès de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, il dirige l’information à la Radio Orient à Paris depuis juin 2008.  Auteur de Beyrouth, 1988, La Solitude de l’Or, 1992, L’Œil du mirage,2000, Mirages, 2004, La Pomme du Paradis,2006 et  Lettre aux  deux sœurs, 2008, son œuvre le situe au carrefour de la rencontre de cultures majeures.


                                                                                               

 Alex Caire, poète et critique littéraire francophone d’origine égyptienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 





 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires