Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : Sérail
  • : Expression poétique / Inédits / Chronique littéraire et sociale / Extraits: Le Temps perpétuel; Sanctuaire du temps (AR); Sérail; Verdict ; Insolent
  • Contact

Recherche

Articles RÉCents

21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 10:00

 

Ce poème , totalement imprévisible comme une vague de bonheur , est venu s'imposer à mon esprit et forcer ma plume, seulement à l'écoute du dernier chef-d'oeuvre du  lutiste tunisien Anouar Ibrahim, le Voyage de Sahar.

 Et comme l'eau  qui coule d'un ruisseau andalou vers un infini partagé de silence et de nostalgie,  la musique d'Anouar Ibrahim est venu effriter le rocher de mon âme, y laissant fleurir  des espaces  d'amour, de printemps et de temps perpétuel ....

Lui dédier ce poème qui décrit un des mille voyages de la lune va de soi

Ahmed Hamouda

Mars 2007

 

سفر القمر

 

 

 

 

 

 

يغرب عنى القمر

 

 

مرارا

 

 

ماضيا

 

 

فى سفره الغريب

 

 

 

 

 

وينحسر شعاع

 

 

الأمس

 

 

عل الغد يأتى

 

 

بفجر جديد

 

 

 

 

 

ولم يزل قمرك

 

 

باقيا

 

قرص من نور 

 

 

يضيىء قلبى

 

 

الذى

 

 

شيد لك

 

 

يا حبيبتى

 

 

 

رغم الرياح

 

 

رغم السنين

 

 

 

رواقا أبديا

من الياسمين

 

 

 

 

 

 

 

 

فكم من مرة

 

 

مررت

 

 

بهذا الروض

 

 

 

 

 

وكم من مرة

 

 

أوقفنى

 

 

هذا اللحن

 

 

وذاك الرنين  

 

 

 

 

 

كم من مرة

 

 

تسرًقنى

 

 

صوتك العنيد   

 

 

 

 

 

يعصف بالهدوء

 

 

من حولى

 

 

ويستقر فى نفسى

 

 

كنبض جديد قديم

 

 

 

 

 

عشق ما برح

 

 

يحفر أسمك

 

 

فى كل مكان

 

 

يبحر منه

 

 

قلبى إليك  

 

 

 

 

 

 

 

 

عشق

 

 

يشق صاخبا

 

 

سكون الفجر

 

 

 

 

 

شاطرا

 

 

سفر القمر

 

 

الى نصفين

 

 

 

 

 

نصف

 

 

يطير اليك

 

 

فرحا

 

 

كعصفور الصباح

 

 

 

 

 

ونصف

 

 

ينزح

 

 

مرتاعا

 

 

الى قلبى

 

 

كطفل يلوذ

 

 

بحضن أبيه

 

 

 

 

 

 

 

 

سفر القمر  

 

 

أحمد حمودة

 

 

قصر العشق

 

 

حورس ناشر-2007

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 17:55

 

*Andalouse

 

 Extrait de Insolent- Alex Caire- Editions Horus -1994

 

Traduit de l’espagnol par Isabel Esteban Gallego

Tous droits réservés – Horus Editeur

Ce poème a été traduit, publié et dédié en hommage au génie de Joaquin Rodrigo et à son oeuvre , immense don  au patrimoine culturel de l'humanité

 

 

Recorriendo con largo paso

 

las losas

 

de una calle perdida en Sevilla,

 

 

sus talones cerrados

 

conteniendo

 

apenas

 

sus tobillos rebeldes,

 

 

martilleando

 

en mi espíritu

 

la imagen de Tarek ben Ziad,

 

Goya,

 

Martel

 

 


 

 

 

 

Sacudida

 

por un crepúsculo imperial

 

color sangre,

 

oro,

 

bermejo,

 

 

ella se escapa

 

de un burdel,

 

de un arén,

 

de un palacio.

 

 

 

Carmen arrastra

 

su bello nácar,

 

anclado en mi piel,

 

mi corazón,

 

mis venas.

 

 

 

Ignorando

 

que yo estoy ahí,

 

 

llena de ilusiones

 

de gloria

 

partida humeante,

 

 

 

consumida por mi espera

 

que atraviesa esos siglos

 

y se desangra.

 

 


 

desgarrada

 

por su tristeza

 

yo me pregunto

 

cuántos califas

 

cuántos príncipes

 

la han cortejado.

 

 

 

Y a cuál matador

 

ella se le ha entregado

 

voluntariamente

 

o por la fuerza,

 

 

guardándose de llorar,

 

preservando su nobleza

 

el cristal de su alma

 

en un poeta,

 

un golfo,

 

un monarca

 

 

 

que ella conoció en otro tiempo

 

en un baile,

 

una fiesta,

 

un palacio.

 

 


 

Ella se lanza

 

hacia un desconocido

 

fútil

 

plastificado,

 

moderno,

 

 

cambia de opinión

 

una última vez,

 

 

arrugándose

 

se reserva,

 

se enoja,

 

sus encajes.

 

 

Orquídea negra

 

en una galería de hielo.

 

 

Ella se eclipsa,

 

rompiendo un acorde

 

de guitarra

 

eterna.

 

 

Ultimo rastro

 

de su fogosidad,

 

de su presencia.

 

 

Ella abandona todo,

 

replica,

 

digna

 

en busca

 

de un caballero

 

moro

 

agonizante

 

en los jardines de Aranjuez.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 16:38
Naguib

 

 

A part les pyramidons inconnus de la Nubie, la basse Egypte compte 9 célèbres pyramides, dont les trois incontournables qui font partie du folklore habituel avec son cortège d'aberrations touristiques. Naguib Mahfouz qui vient de mourir à l'âge de Ramsès II est la seule pyramide humaine des arts et des lettres modernes d'Egypte. Il est mort comme il a vécu, chez lui, dans son vieux Caire. Son Egypte à lui est une ruelle qui s'anime, un sourire, une main tendue, de la générosité face à l'adversité, une patience qui relativise tout,  un silence éloquent face à la tyrannie et à l'intégrisme de tout bord. Une vie de tolérance face à la myopie des hommes. Bref, du temps perpétuel. Viennent ensuite l'écriture, les mots, la vie qui est sa Donia*. Comme il se méfiait des louanges de son vivant, fuyait les récompenses, maléfiques selon lui, il est fort embarrassant de rendre hommage à un grand compatriote après son décès. Si les connaisseurs et les empressés d'y être parlent de l'écrivain, je préfère me souvenir de l'homme qui a enfanté l'écrivain. Toute la grandeur de Mahfouz est là.

 

--------

*Donia signifie en arabe monde, vie, univers.

  Naguib Mahfouz publie Donia'Allah en 1968

 

 

 

 

 

 

 

--------

Alex Caire

Naguib - Inédit

Extrait du Temps perpétuel

Tous droits réservés

Horus Editeur-2006

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 10:40


Pour la première fois de l’histoire, un homme d’Etat prend, dans ses mains périssables, le destin d’un continent et proclame l’avènement de l’Esprit ."Ce n’était pas un homme ordinaire que salua Malraux par ces mots.


S’il fut aussi un ami de Camus, Léopold Sédar Senghor a marqué son époque de son empreinte.
Chantre de la négritude en tant que culture, état d’esprit et manière de penser, il la conçoit comme une passerelle à la liberté intérieure de l’homme noir, une synergie entre la culture de ses ancêtres, son présent en tant qu’africain épris de liberté et son avenir qu’il lui appartient de bâtir. Négritude signifie ainsi pour ce barde africain liberté, ouverture sur autrui, valorisation de sa culture et de sa richesse intérieure, afin de mieux appréhender le monde et ses défis.


Ce n’est point un hasard que Senghor déclara avec fierté qu’une "nation sans poésie est une nation sans âme".

Ce n’est pas aussi par hasard qu’il fut un jour élu parmi les immortels. Senghor fait partie des êtres qui ont dompté leur temps, non seulement en laissant une œuvre à la postérité. Son œuvre, ses réflexions et même son action politique nous ont appris à créer un temps qui porte sa propre cohérence. Il nous a prouvé que c’est la culture qui rend possible les sursauts et ouvre les champs de l’humain.

Il déclara: "la culture est une certaine façon à chaque peuple de sentir et de penser, de s’exprimer et d’agir –qui est– la symbiose de la géographie et de l’histoire, de la race et de l’ethnie".

Malgré l’immense héritage qu’il nous a laissé, il était conscient de sa condition d’humain."Il n’ y a que Dieu pour tout réussir", disait-il au crépuscule de sa vie.



Inédit
Alex Caire
20 mars 2006
Tous droits réservés
Horus Editeur - 2006
Partager cet article
Repost0
8 février 2006 3 08 /02 /février /2006 16:41

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De ton regard,

Naît le soleil,

 

De ton souffle,

Coule mon être,

 

Dictait mon ancêtre,

Enivré par son empreinte

Sur des barbares …devenus,

 

Par revirement de fortune,

Et déboires de l’Histoire,

 

Bâtisseurs d’absurde,

Et seigneurs d’apocalypse.

 

 

Impassible à l’appel

Du néant,

Et cultures de l’éphémère,

 

Je greffe ton nom,

Je greffe ton nom,

 

Frêle bouquet d’espoir,

 

Aux cotés de celle

Dont le regard signifiait le soleil,

Et le rire l’éternité.

 

 

 

 

 

 

 

Extrait de Souveraine

 

Alex Caire

 

Tous droits réservés

 

Editions Horus – 1997

 

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2006 2 07 /02 /février /2006 10:59

ســـــــــــفر

 

 

تسدل حبيبتي كل ليلة سترا من جمالها حائلا بينها وبين الزمن

 

 

غير عابئة به، تسير جميلة القدمين، حاملة عطرها المرئي، فى دروب ترسمها الرغبة ويحفها عدم الاكتراث

 

 

وحينما تتذكر وجودي، يجود ثغرها ببسمة تضيء الليل بشق من نور يذكرني بسفرها فى كياني واقتراب الفجر من جسدينا الهادئين


وعندما يستعصي عليها الرقاد، يجيء السهد ليلقى على جسدها الأرقط الفريد غلالة من الأرق تتوه فيها كلمات تملك وصلوات عشق، حين يطيب لها اعتقال الليل واحتجاز لحظات يلوذ فيها الليل بأولى خطوط الشفق، عله يلحق بركب الزمن الراكض خارج عالمها المنيع المفعم بأريج الحياة.

 

 

 

سفر

 

مقتطف من "محراب الزمن"

 

أحمد حموده

 

جميع الحقوق محفوظة

 

حورس ناشر-2010

 

 

Saffar - Voyage -

Extrait de محراب الزمن
Sanctuaire du temps

Ahmed Hamouda

Tous droits réservés

Horus Editeur- 2010

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2005 2 22 /11 /novembre /2005 16:06

Mon élue décline toutes les nuits des pans de sa beauté, obstacle entre elle et le temps.

Impassible à son effet, elle évolue, dans des pas de ses pieds splendides, portant son parfum visible, dans des chemins pavés de désir et bordés d’indifférence.  

Quand elle ressent ma présence, ses lèvres esquissent un sourire qui scinde la nuit d’un rayon de lumière qui me rappelle son voyage en moi et l’approche de l’aurore de nos corps apaisés.

Et quand le sommeil lui résiste, l’insomnie vient jeter sur son corps élancé unique un voilage d’inquiétude ou se perdent des mots de possession et des prières d’amour, quand elle s’avise de retenir la nuit et séquestrer les moments ou l’obscurité se réfugie dans les premières lueurs de l’aube, espérant rattraper le temps qui passe hors de son univers imprenable, chargé de senteurs de vie.

 

 

 

 

 

Inédit

Extrait de Sérail

Alex Caire

Tous droits réservés

Horus Editeur - 2005

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2005 2 29 /03 /mars /2005 22:00


Tu vis dans un autre pays que le mien. Un pays qui voit naître le jour avant le mien.

Ce temps et cet espace qui semblent nous séparer sont des remparts d'argile qui perpétuent le feu qui s'agite en nous, le feu qui nous unit.

Oui, mon amour, je vis constamment dans le passé. Je vis dans le Temps perpétuel. Ce sérail du souvenir que j'ai construit, au fil des années, pour abriter ma passion pour toi, pour me réfugier dans cette nuit éternelle, sans toi , pour faire semblant de vivre ; vivre ces océans de temps que j'ai passé à t'aimer, passer toutes mes  vies  à me nourrir de ton souvenir, de ton amour éternel, à dompter ma souffrance , à narguer la mort qui ne compte guère, à conjurer le temps de ma solitude, ma solitude qui hurle, dans la nuit des temps.

Ce sérail ou je vois partout ton sourire qui m'irradie de bonheur, ou je sens ton souffle qui caresse mes joues, qui atténue mes rides, ton rire qui retentit en moi, insolent, intemporel, enflammé. Ta présence … ta présence qui me hante, qui vit en moi tel un poignard dans une chair meurtrie, tes pas qui scindent le silence de l'oubli, et ton amour… ton amour qui me traverse telles les laves d'un volcan, ton amour qui sertit mon temps, mon temps perpétuel en toi.


 

 

 

Inédit
Extrait du Temps perpétuel
Alex Caire
Tous droits réservés
Horus Editeur - 2006


 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2005 2 29 /03 /mars /2005 22:00

 

 

 

Partout où tu iras

J’y serai,

 

Malgré ma nuit

Eternelle...

Sans toi

 

Mon perpétuel

Voyage

 

Dans les années,

Dans les orages,

Dans le temps,

 

Dans le sillage

Du passé

Qui ne m’a jamais quitté.

Notre passé

Qui jamais ne mourra.

 

 

 

Je me nourris

De ton souffle

Qui retentit …encore

En moi.

 

Je me nourris

De ton regard

Qui me remplit …encore

De lumière,

De ton amour

Du premier jour,

Ton amour

Que même la mort

N’effacera …pas.

 

Je navigue

Je me noie

Dans cet océan

Cet infini …chagrin

Je meurs,

Je revis

Mille fois

Dans mon éternel voyage

 

Vers toi

 

 

Inédit

Extrait de Sérail

Alex Caire

Tous droits réservés

Horus Editeur – 2005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2005 1 14 /03 /mars /2005 23:00

 

Anaïs cache à peine le privilège de sa beauté constante, troublante de pudeur et de volupté. D'une grâce antique, palpitante,  sa peau renvoie à un passé lointain de monarque abandonnée à elle-même, en exil; un passé chargé de senteurs intimes, de fruits désirés et de breuvages oubliés. 

Sa féminité fragmente le désir de se l'approprier, pour mieux déguster chaque pli, chaque endroit touché par cet enchantement qui appelle la découverte dans son insoutenable retenue.

Ses cheveux ébène donnent naissance à mille nuits sans lune. Ses yeux sont absents, cachent leur douceur, inaccessibles. Son sein gauche jalouse l'insolence de son sein droite qui lui rend bien la politesse.

La chair dense de ses hanches consacre sa beauté racée, intemporelle, omniprésente. Ses chevilles andalouses touchent à peine le satin de son lit quand ses orteils appellent un baiser interdit. Son charme irrésolu se passe de tout alphabet humain.  

 

 

 

 

Inédit

Extrait de Sérail

Alex Caire

Tous droits réservés

Horus Editeur - 2005

 

Partager cet article
Repost0