Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Sérail
  • : Expression poétique / Inédits / Chronique littéraire et sociale / Extraits: Le Temps perpétuel; Sanctuaire du temps (AR); Sérail; Verdict ; Insolent
  • Contact

Recherche

Articles Récents

21 novembre 2021 7 21 /11 /novembre /2021 21:00
Pepe Romero et Alex Caire à Granada le 30 Juillet 2019

Pepe Romero et Alex Caire à Granada le 30 Juillet 2019

Le 30 juillet 2019 fut le début d'un bref séjour heureux, au coeur de l'Andalousie si chère à mon coeur. Un séjour qui commença par savourer un jus d'orange, à l'ombre de la terrasse du Parador de Granada pour se terminer, après quelques banales péripéties, en un feu d'artifice musical et émotionnel. J'y suis allé à la rencontre des Romero* surtout Pepe, le temps d'un concert unique en hommage à Joaquin Rodrigo. Je trouvais curieux d'avoir attendu 42 ans pour rencontrer un artiste que j'admire: Pepe Romero, jouant le Concierto Andaluz de Rodrigo, en compagnie de trois autres guitaristes, membres de sa famille de légende, los  Romeros, la famille royale de la guitare classique.

Los Romeros - Concierto Andaluz- Joaquin Rodrigo- Granada

Los Romeros - Concierto Andaluz- Joaquin Rodrigo- Granada

Comme l'histoire musicale de l'Espagne au XXème siècle est faite à partir d'une mosaïque éblouissante de soubresauts et d'évènements inattendus, ce concert se tenait à la Médiathèque Manuel de Falla qui fut l'un des premiers créateurs du XXème siècle à saluer le génie de Rodrigo. Le concert concernait en particulier le Concierto Andaluz (1967), unique oeuvre crée par Rodrigo pour quatre guitares et orchestre, à la demande de Celodonio Romero, doyen des Romero. Un joyau de la couronne de l'oeuvre de Rodrigo, et pas des moindres.

Le public de Rodrigo et une bonne partie des critiques sur la scène européenne ont souvent voulu voir en lui le créateur d'une seule oeuvre majeure, le célébrissime Concierto de Aranjuez, créé à Paris en 1939 et présenté en première à Barcelone en 1940. Il ne se passe pas un jour sans qu'Aranjuez ne soit joué devant un public, quelque part dans le monde. Le retentissement mondial de cette oeuvre fut tel qu'elle a quasiment occulté, au moins jusqu'aux années 1990, toutes les oeuvres qui l'ont suivies, sauf ces rares moments de plénitude et de reflexion, à l'écoute d'oeuvres comme Fantasia para un gentilhombre (1954), Concierto Madrigal (1966) et Concierto para una fiesta (1982), toutes créés par les Romero.

Rodrigo - Philips- Box Coverart - 1977

Rodrigo - Philips- Box Coverart - 1977

Le Concierto Andaluz (1967) fut l'un de ces grands moments. Je dirais qu'il est l'une des oeuvres qui a le plus révélé l'amplitude du talent de Rodrigo dans toute son étendue: l'anonnce d'un départ entrainant, un mouvement central rempli de couleurs et de nostalgie, de très brefs moments de silence pendant lesquels se jaugent les solistes et l'orchestre, suivis d'une finale en majestueuse harmonie avec les deux mouvements précédents ; à savoir l'évocation d'un passé splendide, une pause de recueillement sonore offerte comme une reflection sur le temps et l'endroit pour déboucher sur une finale qui recoupe toute cette gamme d'émotions partagées à la fois par l'auditeur, l'orchestre dans son ensemble et par la salle toute entière.

 

J'ai eu le privilège d'écouter le Concierto Andaluz pour la première  fois en 1977, sur un vinyle 33 tours édité par la maison Philips. Cet arrangement s'est révélé par la suite se distinguant des autres orchestrations par un très court  moment d'interrogation (musicale) au milieu du 2ème mouvement, l'Adagio qui se recoupe en trois partitions: Adagio, Allegro, Adagio. Un détail singulier qui ne se trouve  point sur aucun des enregistrements qui ont suivi. Ce qui explique que j'ai attendu 42 ans pour m'expliquer cette exception par l'un des guitaristes pionniers qui l'ont créé.

 

Ma surprise fut grande quand Pepe Romero admettait que du fait qu'il a joué cette oeuvre plus que 200 fois, il ne pouvait se souvenir de cette nuance si particulière. Le mystère demeurera donc entier; ce qui n'enlève rien à l'effet que génère l'oeuvre chez l'auditeur ni à la plénitude  de la charge émotionnelle de l'oeuvre dans son ensemble. Une empreinte esthétique qui se perpétue à travers les différentes oeuvres de Joaquin Rodrigo qui a dédié son Concierto Andaluz au quatuor Romero dont les virtuoses guitaristes ont su , à travers des décennies, porter la maîtrise de la performance à des niveaux jamais égalés de nos jours.

 

-------

* Los Romeros, quatuor de guitare fondé par Celedonio Romero en 1960 , accompagné par ses trois fils, Angel, Pepe et Celin. La famille Romero est mondialement connue sous le nom de " La famille royale de la guitare classique". Pepe Romero, éminent  guitariste au niveau mondial, en demeure l'un des piliers. 

-------

Alex Caire 

Extrait du Temps perpétuel

Horus Editeur-2021

Partager cet article
Repost0

commentaires